Accueil
Histoire du café |

Histoire (s) du café

cooktoo_avicenneCertains historiens affirment que ce sont les Perses qui, les premiers, ont écrit sur le café. Cité dès le 9e siècle dans certains ouvrages médicaux, il est repris au 11e siècle par Avicenne, célèbre médecin et philosophe, qui décrit les effets du café sur le système digestif.

L’économie du café
Le café, comment ça pousse ? De la graine au café
Le café, c’est si bon… Le café, c’est bon pour…
Cafés rares et succédanés Le café dans l’art

Sa consommation en tant que boisson populaire et bon marché s’étend dans tout le monde arabe-musulman, celle de l’alcool y étant interdite, car très appréciée pour ses effets toniques et ses vertus médicamenteuses (cependant très exagérées…). Le principe de torréfaction est modernisé et les échanges commerciaux s’intensifient. À partir du 12e siècle, le Yemen et surtout le port de Moka deviennent les lieux les plus importants de ce commerce vers le monde musulman (Suez, Alexandrie, le Caire, Médine, Damas, Alep et la Mecque,…) grâce aux pèlerins des lieux saints de l’Islam.

cooktoo_cafe_Kiva_Han_IstanbulLe premier café, Kiva Han, ouvre en 1475 à Istanbul. De nombreuses « maisons du café » apparaissent au Caire, à Istanbul et à La Mecque au début du XVIe siècle : on y joue à des jeux de société on y récite des poèmes, les mécontents du pouvoir y échangent des idées et on y admire des danseuses. Jusqu’à ce que le nouveau gouverneur de La Mecque décide d’interdire le café et qu’il soit déclaré aussi « enivrant » que le vin avec de sévères punitions à la clé !!!! Heureusement, le sultan du Caire, ayant appris l’interdiction, s’en émeut et déclare que le café est tout à fait bon pour la santé et agréable à Allah. Au cours du 16e siècle, les controverses sur le caractère diabolique du café réapparaissent et les persécutions contre les buveurs de café reprennent.

Le succès du café de Moka gagne ensuite la Grèce et surtout Constantinople, après la conquête de La Mecque et l’Égypte, par le sultan ottoman et favorise l’ouverture des premiers cafés publics. Mais là aussi des controverses font jour et des opposants prétendent que « le café grillé est un charbon et que tout ce qui a rapport au charbon était défendu par Mahomet

L’extension progressive aux mondes entiers (l’ancien et le nouveau)

C’est seulement au 16ème siècle que le café s’établit également en Europe, grâce aux marchands vénitiens. Mais sa dégustation est d’abord réservée aux nobles et aux riches avant qu’il soit administré à la classe ouvrière comme un stimulant. Le terme français de « café » apparait vers 1600 par emprunt à l’italien, pour désigner le breuvage préparé avec des graines de l’arbre qu’Antoine de Jussieu appela « cafier » en 1715 qui devient « caféier » en 1859, sur recommandation de l’Académie.

cooktoo_cafe_florian_veniseDès 1615, il est régulièrement consommé à Venise (le célèbre Caffè Florian, fondé en 1720, est le plus ancien d’Italie) en provenance d’Égypte.

En 1616, un marchand Hollandais parvient à subtiliser quelques plants de café à Moka. Rapportés à Amsterdam, où ils sont plantés avec succès au jardin botanique, ils donneront plus tard naissance aux plantations hollandaise en Asie (Java), et française aux Antilles.

Durant le XVIe siècle, les cardinaux italiens dénoncent cette « boisson sombre de l’islam qui nous vient du diable« , estimant que Satan à offert le café aux musulmans pour les consoler de ne pouvoir boire de vin, la boisson sanctifiée par le Christ. Jusqu’au jour où, Clément VIII décrète, après l’avoir goûté, que « l’arôme du café est chose bien trop agréable pour être l’oeuvre du Malin et qu’il serait dommage que les musulmans en aient l’exclusivité ». Le café devient donc très vite prisé des moines pour les mêmes raisons qu’il l’est des imams : il permet de veiller longtemps et de garder l’esprit clair. De nos jours, certaines sectes comme les mormons interdisent encore la consommation de café.

cooktoo_louis_XIV_Pierre_MignardDès 1644, un aventurier vénitien apporte quelques balles de café à Marseille. En quelques années, un groupe de marchands et de pharmaciens marseillais s’organisent pour importer du café d’Égypte. En 1669, avec l’arrivée en grand pompe d’un faux ambassadeur ottoman, auprès de Louis XIV, que la mode de la consommation du café est lancée dans la capitale du Royaume de France. En 1670, le premier café marseillais ouvre ses portes et connait un immense succès.

En 1650, un pèlerin musulman à La Mecque, parvient à rapporter sept plants en Inde, qu’il plante à Mysore et dont les greffes subsistent encore aujourd’hui.

Les marchands anglais et hollandais qui découvrent le café et l’apprécient lors de leurs voyages en Orient, le font connaître dans leurs pays. Au milieu du 17e siècle, des cafés ouvrent à Oxford et à Londres et deviennent des lieux où les idées modernes voient le jour. Des écrits politiques y sont distribués et commentés. cooktoo_Lloyds_Coffee_HouseEn 1676, le roi Charles II ordonne leur fermeture mais les réactions sont telles que l’édit royal doit être révoqué. Les cafés modifieront profondément le Royaume-Uni bien avant les pubs. On en compte plus de deux mille en 1700. La célèbre compagnie d’assurances Lloyd’s of London est à l’origine un café fondé en 1685 : le Lloyd’s Coffee House, dans lequel les marchands discutent de leurs voyages, de leurs cargaisons et de leurs profits (ou pertes…).

La Maison Caova, le premier café parisien, copie conforme des cafés de Constantinople, est fondé en 1672 près du Pont-Neuf. Mais le créateur des cafés parisiens est le Sicilien Francesco Procopio qui fonde en 1686 un café proposant boissons, sorbets et gâteaux. Il affichait également les nouvelles du jour. Situé alors en face de la Comédie-Française, Le Procope vit défiler nombre des écrivains de la capitale. Il reste aujourd’hui l’un des rendez-vous des arts et des lettres. On y invente une nouvelle manière de préparer la boisson : en faisant couler de l’eau chaude dans le café moulu retenu par un filtre. Il innova aussi en acceptant les femmes. Le café devient très prisé durant le Siècle des lumières. Voltaire consomme jusqu’à douze tasses de café par jour et possède une collection de cafetières. À la veille de la Révolution, Paris compte plus de deux mille cafés.

En Belgique, on boit du café pour la première fois le 25 octobre 1675, en présence de Louis XIV dont les troupes se battent à Dinant. Un diplomate turc en sert lors de la signature du traité de paix entre la France et l’Espagne, qui deviendra le « Traité du café« .

cooktoo_victoire_vienne_turcs_1683L’histoire des célèbres cafés de Vienne ( le café Demel et le Café Central) commence avec la bataille de Vienne de 1683. Des Turcs défaits fient la ville et abandonnent des sacs de fèves vertes qui se révèlent être du café que l’on boit pour fêter la victoire ! Mais les viennois n’apprécient pas le café à la turque. Ils ont alors l’idée de filtrer le café et d’y ajouter de la crème fouetté : le café viennois est né !

Boston_Tea_Party_Currier_coloredLe premier café américain ouvre à Boston en 1689. En 1773, les bostoniens excédés jètent à la mer des cargaisons de thé provenant d’Angleterre lourdement taxé par le roi George III (c’est la Boston Tea Party) et le café devient la boisson nationale américaine ! Cette opération avait été secrètement préparé dans un café nommé le « Dragon Vert ».

À cette époque, les anglais essayent de cultiver du café dans leurs colonies, en particulier à Ceylan, mais les plantations sont ravagées par une maladie et sont finalement toutes remplacées par des plantations de thé.

Les Hollandais l’acclimatent en Indonésie et rapportent des caféiers de Batavia (Jakarta) dans les serres d’Amsterdam. Le maire d’Amsterdam offre un jeune caféier à Louis XIV en 1714, cultivé avec succès dans les serres du Jardin du Roi et se reproduit si bien qu’il devient la souche de tous les caféiers des « Iles de l’Amérique » ; à la Martinique, à Saint-Domingue et à la Guadeloupe.

En 1717, les français font pousser du café à la Réunion, mais celui-ci provient de la région de Moka au Yémen, grâce à la Compagnie des Indes. Le café obtenu appelé « bourbon pointu » est aujourd’hui encore le meilleur et le plus cher du monde. Cependant, et malgré de grands incitations financières pour s’y installer et l’arrivée massive d’esclaves, l’île restera trop peu peuplée et manquera de main d’œuvre.

Le roi Louis XV, grand amateur de café en fait une boisson très à la mode à la Cour. Il fait cultiver des caféiers dans le jardin du château de Versailles qui produisent quelques livres. Le roi torréfie lui-même sa récolte et se prépare en personne sa boisson préférée, ne faisant griller que la quantité consommée, la poudre étant jetée dans de l’eau bouillante puis filtrée. C’est aussi l’époque on l’on utilise une vraie chaussette pour faire du café (d’où l’expression « jus de chaussette », lorsque que le café n’est pas assez fort). Mais on le consomme quand même beaucoup moins fort qu’aujourd’hui.

Le café devient un marché assez lucratif et les colons promènent partout aux Amériques des pieds de café pour essayer d’en faire pousser, mais sans toujours y parvenir. À la Guyane et la Guadeloupe pour les Français ; Au Surinam pour les Hollandais ; A la Jamaïque pour les anglais ; À Cuba, au Mexique et en Amérique centrale, pour les espagnols. À Saint-Domingue, en revanche, le succès est au rendez-vous, puisque en 1789, les colons français contrôlent plus de la moitié de la production mondiale de café ! 2 ans après la révolution française, les esclaves se révoltent et la production s’effondre.

Les jésuites espagnols réussissent à l’introduire en Colombie qui est devenu le troisième pays producteur du monde. La première plantation portugaise au Brésil est établie en 1727, sans doute à partir de plants volés en Guyane. Son industrie prospère grâce à l’esclavage qui ne sera aboli qu’en 1888. La culture se restructure et produit de plus en plus de café jusqu’à 90 % du café mondial en 1900.

Le mot arabe « Cahouah » nous est revenu vers 1863 sous la forme de « caoua ». L’usage argotique de caoua connut un grand succès chez les soldats engagés en Algérie et s’est maintenu dans le langage familier en métropole.

Au début du 19e siècle, les Français qui veulent diversifier leur production lancent la production de café au Tonkin (Vietnam) qui deviendra le premier pays producteur de café robusta en 2012.

Pour répondre à la croissance de la demande mondiale, des colons britanniques établissent les premières cultures au Kenya en 1878.

Quelques dates importantes
1895 : Invention en Italie, de la première cafetière à pression de vapeur.
1901 : Invention du café instantané soluble aux Etats-Unis.
1908 : Invention du filtre en papier par Melitta Bentz qui fonde la société Melitta.
1948 :Invention de la première véritable machine à expresso par un barman italien.
1969 : les astronautes consomment du café en tube sur la Lune.

1997 : Un grain de café torréfié datant du XIIè siècle, et provenant sans doute d’une plantation yéménite, est découvert lors de fouilles archéologiques près de Dubaï (Emirats arabes unis).


Partager sur Facebook

Partager sur Twitter


Laisse un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.