Accueil
La Chandeleur. Un peu d’histoire ? (1/3) |

La Chandeleur. Un peu d’histoire ? (1/3)

La Chandeleur, fixée au 2 février, est associée aux crêpes, et à une ambiance festive et familiale. Mais cette tradition possède des origines bien plus anciennes.

Un peu d’histoire ?
Les crêpes de la Chandeleur, la recette
Se retourner comme une crêpe
Bas les pâtes (les pâtes à l’essai) !

Durant l’Antiquité grecque

cooktoo-hades-okHadès, dieu du royaume d’Erèbe, monde des morts, était tombé amoureux de Perséphone, la fille de Déméter, déesse de l’agriculture. Il enleva donc la jeune fille pour lui proposer de devenir sa femme et lui montrer le domaine qui serait le sien. Mais Perséphone était la déesse de la lumière, et sa disparition avait plongé le monde dans l’obscurité. Sa mère s’est donc lancée à sa recherche, éclairant son chemin avec une torche. Elle demanda à Hadès de lui rendre sa fille, mais cette dernière s’était attachée au royaume souterrain, et avait accepté d’épouser Hadès.
cooktoo-Perséphone-ok
Il fut donc décidé qu’elle passerait une partie de l’année à la surface, et une autre dans le monde des morts. La Fête des Lumières, qui devint festa candelarum en latin, célébrait le retour de Perséphone à la surface et l’allongement des jours.
 

 

 

 

A l’époque de la Rome antique

cooktoo-caristiaLe mois de février était très important, car l’année romaine commençait au 1er mars. Ce mois était donc dédié à la purification, et un grand cycle de fêtes, les Parentalia, était organisé entre le 5 et le 23 pour demander aux dieux et aux esprits des ancêtres (les Mânes) d’apporter richesse et abondance pour l’année suivante. Avant de réclamer la protection des dieux, il fallait purifier la ville.

cooktoo-amburbialesLe rituel, nommée les Amburbiales, était réalisé grâce à une procession qui faisait le tour de la cité, et où les participants devaient porter des torches allumées.
cooktoo-lupercus

Lupercus, dieu de la fécondité et des troupeaux. Puis venait le Jour des Fous, ancêtre du Carnaval, et l’appel à Fornax, la déesse des fourneaux.

cooktoo-navettesD’ailleurs à Marseille, encore de nos jours, il est coutume de bénir un four à navettes, ces petits biscuits en forme de bateau qui remplacent souvent les crêpes en Provence.
Le 21 était le jour dédié aux Mânes. On leur offrait souvent de menus présents, comme quelques fleurs ou fruits de saison, accompagnés d’un peu de sel, denrée rare à cette époque. Les familles les plus riches pouvaient offrir des libations. Ils répandaient alors un liquide, souvent du vin ou des parfums, devant l’autel de la famille, qui servait à honorer les ancêtres, mais aussi certaines divinités protectrices. Le lendemain était l’occasion d’un grand dîner de famille, afin de resserrer les liens entre les vivants.

cooktoo-dieu-terminusEnfin, le 23, on invoquait le dieu Terminus pour redéfinir et garder les limites de son domaine. Il fallait alors orner de fleurs et de tissus une borne des champs, et même certaines bornes des routes.
 

 

 

 

 

 

 

Chez les Celtes

cooktoo-deesse-birgid La fête d’Imbolc, le 1er février, était dédiée à la déesse Brigit, déesse de la fécondité, de l’abondance, des poètes, des forgerons et des médecins, et qui selon certains textes aurait aussi été protectrice des morts. Les Celtes passaient alors en procession dans les champs en portant des torches, pour demander à la déesse de purifier la terre et de rendre les récoltes abondantes pour l’année suivante. Ils célébraient également le retour de la lumière et l’allongement des jours.

Le culte de l’ours 
Le culte de l’ours était essentiellement célébré parmi les peuples scandinaves, même s’il s’était un peu répandu chez les Celtes. Il était centré autour de la sortie d’hibernation des ours, et jusque vers le XIIème siècle marquait le début de la période de carnaval, dont l’animal emblématique était justement l’ours.
La tradition a perduré longtemps, au point de se retrouver dans des comptines et des proverbes, grâce à l’importance du comportement de l’ours. En effet, si en sortant de son abri, il voyait du soleil, il rentrait se coucher pour six semaines, car l’hiver allait encore durer. En revanche, s’il faisait nuageux ou même pluvieux, c’était le signe d’un printemps précoce, et il se remettait en activité. C’est de là que viennent les proverbes comme ’’ A la Chandeleur, l’hiver se meurt ou prend rigueur ’’. Le jour de la marmotte, qui a remplacé la Chandeleur en Amérique du Nord et au Canada et a même donné lieu au film Un jour sans fin avec l’acteur Bill Murray, est une adaptation de cet ancien culte. La marmotte est tout simplement substituée à l’ours pour faire des prévisions.
Il faut aussi noter que cette croyance est fondée sur un phénomène météorologique réel. En effet, début février, il y a une alternance entre des courants froids venus du Nord et des vents chauds du Sud. Si le ciel est dégagé, c’est le signe qu’il y a un anticyclone arctique, une sorte de montagne de vent très froid, et l’hiver semble être installé pour un moment encore. Si à l’inverse il fait nuageux, c’est qu’une dépression attire l’air du sud, ce qui fait croire à un redoux précoce. En réalité, l’influence du temps à la Chandeleur est pour le moins minime sur les six semaines qui la séparent du début du printemps.
Malgré sa disparition au profit d’une célébration chrétienne, le souvenir de ce culte était resté très présent dans les montagnes où on trouvait de grandes populations d’ours. D’ailleurs, du XIIème au XVIIIème siècle, on y nommait cette fête ’’ chandelours ’’, mélange entre le candelare latin et l’image de l’ours. Puis le nom s’est peu à peu transformé en Chandeleur.

Lire la suite…


Partager sur Facebook

Partager sur Twitter


, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisse un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.