Accueil
Trucs et histoires de Loukoums |

Trucs et histoires de Loukoums

Le loukoum dans la culture populaire

Le loukoum et le cinéma
Dans le film Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l’Armoire magique, la Sorcière blanche offre à Edmund Pevensie un loukoum magique. Ces loukoums magiques agissent comme une drogue. Plus Edmund en mange, plus il en veut. Le garçon veut tellement en manger qu’il n’hésitera pas à trahir ses frères. Pour l’anecdote, le nom du lion Aslan veut dire « lion » en turc. Avec la sortie du film, est apparu un engouement fulgurant au Royaume-Uni pour les loukoums. Un confiseur révèle même une hausse des ventes de 400 %. Cependant, l’effet de curiosité passé, il semble que les jeunes Britanniques n’ont pas apprécié le parfum du loukoum, et la mode du loukoum a disparu aussi vite qu’elle est arrivée.

Turkish Delight est le titre d’un film muet de 1927 réalisé par Paul Sloane.

Turkish Délices est un film néerlandais d’après le livre du même nom de Jan Wolkers, réalisé par Paul Verhoeven, sorti en 1973. Le titre se rapporte au seul aliment qu’un patient accepte lors de son séjour à l’hôpital.

« Un loukoum chez le boucher » est une comédie allemande sortie en 1996 qui conte l’histoire d’un boucher bavarois raciste qui déménage dans un quartier chic de sa ville. À son insu, une famille kurde s’est cachée dans sa maison.

Le loukoum dans la musique

On trouve les paroles suivantes : « (…) tranquille
je me déguise en loukoum géant sur un tapis volant (…) »
dans la chanson Le Mec Hamac tiré de l’album
« Je dis aime » de M.

Dans l’album Hard Candy de Madonna sorti en 2008, figure une chanson intitulé Candy Shop où est cité le loukoum avec la phrase « I got Turkish delight baby and so much more … »

 

« Loukoums »
est le nom d’un single
de DJ Mehdi
sorti en 2006.

 

Le loukoum dans la littérature

L’écrivain Michel Tournier, dans son roman Gaspard, Melchior et Balthazar paru en 1980, donne une version plus iconoclaste de l’histoire d’un quatrième roi mage : Taor, prince de Mangalore. Parti du sud de l’Inde pour découvrir la recette du loukoum à la pistache, il arrive trente-trois ans plus tard à Jérusalem et découvre l’eucharistie.

Le Loukoum à la pistache est un conte de Catherine Zarcate qui s’est inspirée d’une histoire d’origine moyen-orientale racontant qu’un grand vizir, jeté en prison et qui y croupit dans des conditions épouvantables, rêve d’un loukoum à la pistache. À l’origine, le conte parle d’un gâteau, cependant Catherine Zarcate a choisi ici de remplacer le gâteau par un loukoum à la pistache pour insister sur l’humour et le ridicule de la situation.

Dans le roman Le Noir d’une vie de Bruno Barone, on retrouve l’expression « grasse comme un loukoum » : « Gaby n’avait qu’à bien se tenir pour ne pas devenir grasse comme un loukoum. »

Les Loukoums de Yves Navarre conte l’histoire d’une maladie frappant les personnages à New York.

Le plus gros loukoum du monde

En octobre 2004, trente cuisiniers du village de Geroskipou, près de Paphos, ont travaillé pendant trois jours pour produire un loukoum de 2 543 kg, qui a battu le record du plus gros loukoum précédemment réalisé le 19 septembre 1997 et détenu par un Australien d’Auburn, d’origine turque, du nom de Bahattin Petuzuen, avec un loukoum de 2 349 kg. Tassos Kouzoupos, le maire de Geroskipou, la capitale chypriote du loukoum, a déclaré lors de cet événement : « Et selon nos pères et nos grands-pères, c’est très bon pour le sexe. » Une fois le record validé, les Chypriotes grecs l’ont commercialisé sous le nom de Délice de Chypre.

L’origine (toute une histoire…) La recette (Ne lis pas si tu es au régime…)
Toi aussi, fais le loukoum !
Trucs et histoires de Loukoums Haci Bekir, de bons loukoums à Paris

Retour au sommaire général du loukoum


Partager sur Facebook

Partager sur Twitter


, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisse un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.