Accueil
La poire, Georges et la fourmi |

La poire, Georges et la fourmi

La poire, Georges et la fourmi… (extrait)

Entre la poire et le fromage :
Le jeu!
T’y crois, toi ?
La recette, verrines de poire et reblochon Les 3 saisons de la poire
Poires de Tegor, le conte La belle lisse poire
du Prince de Motordu

Écoute :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Une poire. Une poire jaune

Dans un compotier j’ai vu une poire. Il y a très longtemps, mais cela m’a tellement frappé, que je pourrais dire le jour, l’année, et même l’heure exacte où je l’ai vue cette poire, dans un compotier (jaune).

Enfin, d’autres ont vu d’autres poires. Ce n’est pas toujours un miracle.

[…]

Chacun dans sa vie a vu une poire. Mais lui, Georges,c’est sur un poirier qu’un jour il aperçut la sienne, et l’idée ne lui vint pas que ce fut une coïncidence.

Écoute la suite :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Bref, Georges lève la tête et il aperçoit une poire verte.

« Tiens, voilà une poire », se dit-il.

C’était une poire comme une autre poire, mauvaise à manger puisqu’elle était verte, mais un papillon vient à passer : il bat ses ailes blanches comme une paire de draps et il passe !

Et Georges le regarde passer. Quand le papillon a disparu, Georges regarde à nouveau la poire et, tenez-vous bien : elle n’est plus verte ! Elle est jaune ! Elle a deux yeux qui poussent sur la peau, et une bouche bien fendue qui fait des efforts pour s’ouvrir !

« Allons bon, qu’est ce qui m’arrive ? » se demande Georges.

Écoute la suite :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Mais ce n’est pas à lui qu’il arrive quelque chose. C’est à la poire.

Les yeux de celle-ci se plissent et pleurent à cause des efforts qu’elle fait pour ouvrir la bouche, comme si elle voulait parler.

La poire souffreVoilà du moins ce que Georges pense : la poire du poirier veut lui dire un secret.

« Parle, dit Georges à la poire, parle, je t’écoute ! »

Mais la poire est fatiguée. Elle n’en peut plus. Elle s’est mise à baver son jus. Sa bouche ouverte bave. Ses yeux pleurent. Sa peau toute ridée lui donne un air extrêmement triste.

Écoute la suite :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

« Allons, lui murmure Georges, encore un petit effort. Tu avais quelque chose à me dire. »

La poire s’est remise à travailler. Elle est maintenant complètement mûre. Le jus qui lui coule des lèvres fait « gloupe, gloupe ». Elle lève les yeux au ciel, puis les fixe désespérément sur Georges qui continue à l’encourager :

« Allons, allons, encore un peu d’énergie !… »

Poire !Ça y est ! La poire a maintenant la bouche toute ronde ! Elle va parler ! Elle va dire son secret ! Georges l’écoute de ses deux oreilles […]. Mais voilà : la poire parle. Dans un effort terrible elle dit :

« POIRE ! »

Écoute la suite :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

C’est tout. Georges en demanderait davantage mais c’est bien tout. La poire ne survivra pas à cette performance. Elle est complètement ratatinée, desséchée. Ses yeux se sont clos pour toujours. Sa bouche s’est cicatrisée comme une blessure. Elle a diminué de moitié. On dirait une figue sèche. Un coup de vent et je suppose que… mais ce que je prévoyais est arrivé !

Poire tombéeUn petit coup de vent a détaché la poire et elle tombe morte par terre. Georges se baisse pour la ramasser, mais déjà quatorze fourmis se sont accrochées à elle. Une des fourmis se dresse sur ses pattes arrières et dit :

« Te voilà bien avancé. Les choses ne sont pas faites pour parler ! Il ne faut pas les obliger à parler ! […] Une poire, on la mange. »

Georges regarde la fourmi s’en aller comme un professeur, deux pattes croisées derrière le dos. Puis il se met à réfléchir, car toutes ces choses l’ont énormément surpris.La poire, Georges et la fourmi de Roland Dubillard

Irma, la poire, le pneu(Irma, la poire, le pneu et autres récits brefs / Roland Dubillard, Mille et une nuits, 2002)


Partager sur Facebook

Partager sur Twitter


, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisse un commentaire

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.